Tiens, des naturistes à « la Fête de l’Huma » – c’est #Woodstock, Y a un problème? -…

Mars 2016, message de l’association de promotion du naturisme en liberté (Apnel) aux organisateurs de la Fête de l’Huma, je résume: «La nudité, c’est un symbole de liberté… comme le communisme, alors, avec vous à la Fête de l’Huma 2016, on peut? » . Et l’Huma de répondre: «Ok, venez  comme vous êtes, même à poil, l’Huma d’abord!». Et ils y sont …

Des naturistes à la fête de l’Huma, mais pour quoi faire ?.png

Même les naturistes n’y croyaient pas. La semaine dernière, ils relancent: « Re-coucou l’Huma! Sympa pour l’invit’, mais vous êtes bien-bien sûrs que vous avez tout bien compris qu’on sera à poil? ». Ils avaient tout bien compris, c’était pas une blague. Pas belle le vie?

A la Fête de l’Huma, Woodstock renaît de ses cendres.

Y a un problème?

./screen

Manuel Valls sous pression, l’image…

Je résume l’info en une image. Manuel Valls a mis en bière le programme présidentiel de François Hollande, la gauche s’offusque et certains députés socialistes le mettent sous pression, le plan d’austériténe passe pas…

20140423-124150.jpg

« Être sous pression et s’en sortir sans tituber », c’est une épreuve que Manuel Valls va affronter face aux députés de sa propre majorité. Il aura peut-être besoin des conseils de @Jegoun, le meilleur « spécialiste en gestion de pression« , indisponible pour cause d’anniversaire, la pression, il connaît😉

Joyeux anniversaire Nicolas!😉 (Que Manuel Valls se débrouille)

[photo]

Morale (politique): Comme à droite, rendez-nous Jérôme Cahuzac et DSK! Vite!…

Affaires à l'UMP, élus premier tourUn billet politiquement incorrect que vous lirez ici et nulle part ailleurs, c’est un enseignement tiré des résultats du 1er tour de l’élection municipale 2014: la réélection dès le 1er tour, de quelques personnalités politiques qui ont eu maille à partir avec la justice ou avec la morale politique.

Patrick Balkany (Levallois-Perret), Alain Juppé (Bordeaux), JF Copé (Meaux), Éric Woerth (Chantilly, Oise), JC Lagarde (Drancy, Seine-Saint-Denis), André Santini (Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine), Jacques Bompard (Orange, Vaucluse),   etc. Des candidats de droite élus dès le 1er tour malgré quelques gros soucis avec la justice (Patrick Balkany), quelques condamnations judiciaires (Juppé, emplois fictifs Mairie de Paris), des mises en examen (Éric Woerth, Bettencourt), ou comme avec JF Copé, avec de sérieux doutes sur leur morale politique (Élection UMP grâce à la Cocoe, comptes scellés de UMP avec Bygmalion, etc.). Et pourtant, ils ont à nouveau la confiance de leurs électeurs.

1. Le constat

À Gauche, la morale (en politique) est une donnée importante, une valeur intangible, c’est louable,  mais cette éthique se paye cash dans les urnes. Allez comprendre. Aussi, je reste persuadé que les bannis de la gauche: Jérôme Cahuzac, Dominique Strauss Khan, Jean-Noël Guerini et bien d’autres, auraient fait de très bons candidats!, Oui, Il faut croire qu’ils avaient toute leur chance…

DSK Cahuzac

Je précise ma pensée: je ne me lance point dans l’apologie des pratiques douteuses en politique ou, dans l’acceptation d’une once d’immoralité dans la gestion de la chose publique (juste un peu), il faut lire ce billet comme une réflexion à voix haute sur ces résultats du premier tour, dont la critique se focalise sur la seule « défaite supposée » du gouvernement dans une élection locale. En effet, les analystes politiques se focalisent sur quelques villes ou la gauche est en difficulté, voire en ballotage défavorable sans s’attarder sur celles où elle conforte ses acquis (Lyon, Lille etc.). L’écho amplifié par la messe médiatique autorise cette réflexion face aux titres enjoués à la UNE de vos journaux. Posons nous quelques questions:

1. Peut-on se réjouir de la « victoire » des candidats « pas très clean » dans leur gestion (passée et/ou présente) dans une élection municipale? Malgré les affaires sur leur personne, pourquoi ces hommes (et femmes) politiques ont toujours les faveurs de leurs électeurs? Les français, souvent critiques et très acerbes sur le  « tous pourris » seraient-ils imperméables aux péripéties judiciaires de leurs élus? Et, pourquoi la Gauche serait-elle  la seule à bannir de ses rangs ses brebis galeuses? Si tel devrait être la morale en politique alors, j’ai deux propositions, pour plus d’équité.

1. Que la gauche arrête avec les pseudos « valeurs propres » dans la vie politique française, le dernier mot doit revenir aux électeurs comme le pratique la droite (UMP) avec talent. Premier point, Y a bon la morale...

2. Que la Gauche (le PS) rappelle aux affaires Dominique Strauss-Kahn (DSK). Un sondage (secret)le place d’ailleurs en tête des personnalités politiques que le public réclame. Deuxième point, le client-électeur est roi, il décide...

2. Les enseignements à tirer…

La morale en politique? Les français s’en tapent ! (enfin, je crois) et la droite pisse dessus sans vergogne! D’ailleurs, dans un récent sondage, 68% des sympathisants de droite souhaitent que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l’UMP en 2017, malgré ses innombrables casseroles judiciaires.

LIRE: Les affaires Sarkozy (Infographie), le résumé...

Le Front républicain? Une connerie qui consiste à toujours tendre la main à une droite qui crache dessus. Mettre fin à ce statut de « cocu volontaire » et se tourner vers la gauche, vers « ces électeurs qu’on ne sollicite que pendant les campagnes électorales et qu’on oublie très vite au lendemain des victoires ». Tenez, à Marseille par exemple: le très mauvais score du PS était prévisible après le « blackboulage » honteux de Samia Ghali lors des primaires PS, et le dédain de la liste indépendante de Pape Diouf. Des candidats naturels d’un électorat dit « populaire » devenu variable d’ajustement des victoires de la gauche. J’en parlais déjà après les pratiques décomplexées de Manuels Valls: il a paumé une grosse partie de l’électorat de gauche! Ces derniers ont boudé les urnes, le FN est en hausse (à Henin-beaumont déserté par Jean-Luc Mélenchon), la droite garde ses ouailles et le Panier-Manuel-Valls reste vide, voire déficitaire: Il doit des voix à la gauche…

3. Pour finir…

En conclusion, 1. Rendez-nous Jérôme Cahuzac! Pirates! (un très bon candidat dans sa circonscription, voire à Levallois-Perret face à Patrick Balkany). 2. Pour le remaniement ministériel que la presse réclame à cor et à cris, on veut le retour de DSK aux affaires! (le « Meilleur d’entre-nous » de la Gauche!). S’il faut gagner avec des « pourris » alors, que Jean-Noël Guérini, le « pourri marseillais » se remette au boulot! Une dernière chose, François Bayrou, celui qui avait appelé à voter à Gauche (F. Hollande) en 2012 (Merci) retrouve la confiance des électeurs de Droite (UMP-Modem-UDI) à Pau, voila!

(PS:on va se gêner encore longtemps?) / (Réponse: Oui.)

Politicus: ces phoques informes sur des montagnes de fange…

Adaptation libre d’un texte d’Alfred de Musset (Trublyonne). L’original...

20131127-005200.jpg

Ma version. « Le monde politique n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes de la droite rampent et se tordent sur des montagnes de fange« . Et, pour contredire Alfred, je dirais, « l’union de ces deux droites si imparfaites et si affreuses débouche toujours sur l’immonde ». Ils sont faux, hypocrites, lâches, perfides, inconstants et bavards, à quelques exceptions près.

Non, on ne badine pas avec la politique. [Mes excuses à Alfred2Musset].

[…]

Morale et politique(s)…

Nous vivons une époque formidable, celle de la démoralisation de la politique ou de sa moralisation. De la politique de la morale à la morale de, ou dans la politique, le processus d’élaboration exige quelques pistes de réflexion. Écoutons Joël GAUBERT, philosophe…

Me-ditons.

Billet à suivre (En ligne): Plaidoirie: Il faut sauver le soldat Cahuzac, le bouquet-Misère... (Ce soir, 19h30). Coming Soon

Joël Gaubert

Mon édito sur Mediavox: Elysée, Petit François Noël…

Pour mon premier Édito sur Mediavox, (un pure player, journal exclusivement en ligne) je vous emmène à l’Elysée, pour la distribution des « cadeaux » par le nouveau Père Noël: François. Féerie politique et magie de la nativité, joie et déception

20121225-080525.jpg

« Dans le grand jardin de l’Élysée, en cette journée de Noël, des nombreux invités s’étaient rassemblés autour du grand sapin dressé pour la circonstance. Tous espéraient un présent, fut il symbolique, c’est la tradition. Ce moment était très attendu et l’excitation palpable.

Pour ce faire, on a fait venir de la Nièvre (Morvan), ce très grand sapin de 10 mètres de haut, fièrement installé dans la cour d’honneur de l’Élysée. La décoration était modeste, la parité de mise. Le long des guirlandes, des petites lumières de toutes les couleurs de la république. Oui, ce Nordman avait fière allure avec son scintillement blue-blanc-rouge. Au sommet de ce merveilleux sapin, une grande étoile d’espérance pour les enfants de France et du monde. Dès l’arrivée, on ne pouvait s’empêcher de chercher au pied du sapin de l’Élysée, sous les 4 mètres de son envergure, quelques indices, une inscription, un nom parmi la tonne de cadeaux. »

À lire sur Mediavox: Élysée: Petit François Noël

De l’élégance en politique (2)…

En toute amitié, Jacques (Chirac) et Simone (Veil)…

20121210-225112.jpg

S’en griller une, en pleine séance de travail. Les temps changent…

Débat Fillon-Copé résumé en 140 caractères… poke @guybirenbaum #dpda

C’est dans le titre. Résumé proposé par l’épicier Old school guybirenbaum

20121026-073633.jpg

Pas mieux.

« Hollande bashing »: les raisons cachées d’une presse en folie….

La presse a sorti ce derniers jours son  »Carnet de titre à la UNE ». Une cible: François Hollande. Ce phénomène d’édition s’appelle le  »Bashing’. Taper sur une cible à coup de titre à la UNE, dans une surenchère sans limites, sur fond de rentabilité économique.

Les raisons? C’est dans lemonde.fr que l’on trouve quelques explications sur cette chasse à courre. Extraits…

Dans ce papier, une évidence: La chasse à courre est  le résultat d’une lutte interne entre les différents journaux. Le sujet, la victime importe peu.

1. Surenchère, effet contagion..

La presse se peoplelitise, elle reprend les vielles recettes de la presse à scandale pour captiver l’attention du lecteur devant un kiosque à journaux. La vérité et l’éthique, une autre fois peut être. Effet contagion

2. Vendre, encore et encore, qu’importe le fond…

Le titre devient un produit d’appel, qu’importe le contenu. L’article du Monde évoque les mobiles commerciaux Qu’importe le fond, pourvu que le tirage soit bon. Explication…

Conclusion: François Hollande n’est pas en cause, sa politique encore moins. Le carnet de route était connu à l’avance, les promesses des 100 premiers jours respectées. La presse, elle, est en crise et sa pathologie sérieuse. On a donc compris. Sarkozy ne vend plus, la guerre des chefs à l’UMP n’intéresse pas les français, la hausse du chômage on s’en tape! Laisser le marché de l’édition-d’opposition au seul Figaro, ça jamais! hurle la presse dite de gauche! Peoplelitisation éditoriale...

Ce qui compte, c’est vendre, encore et encore, augmenter le tirage, devenir leader du secteur. Les écoles de journalisme peuvent fermer, les éditorialistes viendront de la presse people, Bienvenue dans la presse-réalité! Les Gala, Voici et ParisMatch ont du souci à se faire. Le carnet des titres à la UNE est comme le tonneau des Danaïdes,  sans fond.

Le « Hollande bashing », une tendance éditoriale, et un filon, pour les hebdos (LIRE)