Oui, je suis un #Afropolitain (« communautarisme » toi-même!) …

Afropolitain.jpgDans cette « période trouble de notre histoire » où chacun se cherche ou s’enferme, « se trouver » devient tendance, c’est à la mode. L’Etre se dépersonnalise de plus en plus, utilise le « nous » et boude le « Je » dans ce nouveau jeu de société, celui de l’identification à un ensemble ou à un groupe. « Il » s’isole, à tort ou à raison, sur des critères d’appartenance(∈), de revendications, voire d’inclusion(⊂) qui induit l’exclusion(), et pas seulement des autres.

Et le Grand ensemble devient patchwork, un amoncellement de sous-ensembles qui se côtoient, s’épient et s’observent. L’Ensemble devient juxtaposition de sous-ensembles, même les joutes frappées du sceau de l’identité commune (foot, Euro2016 par exemple) se vivent avec asymétrie en fonction des perf’s des entités qui la composent. Selon qu’ils appartiennent à tels ou tels entités, la faute des uns devient sujet d’invectives, et l’exploit des autres, l’occasion d’une appropriation du bien commun. Ainsi va « notre Belle Famille ». Ce matin chez mon buraliste, j’ai croisé deux « Afropolitains », Noella et Ibaka (serge) sur la couverture d’un magazine – que je découvre- Afropolitain -(là)-. Le mot n’est pas nouveau et trouve son racine dans le célèbre « négropolitain » des années 60, 70 voire avant, une expression miroir de African American pour résumer. Bref, j’ai mis un mot sur ma relation d’appartenance à la République  et je découvre – tardivement, c’est une honte– un monde inventif et persévérant dans des domaines variés. Exemple? Madjissem Beringaye, une « Black entrepreneure«  in da  Afrique Méditerranée Business -que je découvre aussi-. Alain Mabanckou? Vous connaissez.

Un univers Africa-France qu’on a trop souvent tendance à réduire au lifestyle, – moi le premier, j’avoue-, et je vais remettre une couche, saison estivale exige, pour un monde en couleur car, comme le disait si bien F. De la Rochfoucauld que je cite souvent: « Nous gagnerons plus de nous laisser voir tels que nous sommes que d’essayer de paraître ce que nous ne sommes pas » .

photo_2016-06-03_06-42-04_pm

vlisco

Ou l’inverse. Bref, je suis un Afropolitain et j’aime regarder la chaine Afropolitaine « Black Entertainment Television (BETv)« – avec Rokhaya Diallo dedans- et c’est pas agressif, ma case repos. Quoi? « communautarisme« ? Oui et alors? Et puis, « communautarisme toi-même ! » Voila, si ça vous va, ça me va, sinon, c’est pareil!

Billet Root’s My Name, fait.

./…

Tous à poil pour la 17è #Biennale de la danse à #Lyon! ….

image

C’est dans l’affiche. Au programme43 spectacles, 23 créations pour un festival à la fois populaire et expérimental (dans l’affiche je vous dis). Dès le 14 septembre dans la capitale des Gaules (pardon), pour découvrir la danse sous toutes ses formes! (Tiens donc). Minimaliste (voir affiche je répète), exotique (ben voyons), ludique, glamour (et comment donc!), néo-classique (ça reste à découvrir)

Voilà le programme qui vous attend, des spectacles dans l’espace public (en plus) pour un grand final Place Bellecour actuellement FanZone (foot oblige). Oui les gens, venez danser la Rumba Tarentelle endiablée avec 15 000 personnes à l’unisson (ok j’arrête), et ça sera un moment inoubliable à partager ensemble! (je vous dis pas:-) )

17 e Biennale de la Danse Lyon

Et vous ne viendriez plus à Lyon par hasard! Billet #Culture, fait.

./…

Affiche collector, Mohamed #Ali Vs George #Foreman, Kinshasa 1974 …

Je vous pose ça là et avec beaucoup d’plaisir, je redécouvre. Voici l’affiche qui annonçait le « Rumble in the jungle » comme ils disent, le championnat du Monde des poids lourds du 25 septembre 1974 au Stade-du-20-Mai,  c’était « un cadeau du Président Mobutu au peuple Zaïrois et un honneur pour l’homme noir ». C’est écrit dans l’affiche (aux couleurs du drapeau de l’ex-Zaïre, Congo Belge).

13917a_lg

Oui, honneur et grande fête populaire sur les deux rives du fleuve Congo (à Brazzaville et à Kin malébo) sur une periode plus longtemps que prévue, je vous explique: Dès l’arrivée des américains chez nous, Goerge Foreman était tombé malade et le combat a failli être annulé. La délégation américaine avait formulé le souhait de repartir aux States (pour des soins) pour ensuite revenir. Mais le Grand Maréchal Mobutu koko Sé ne l’entendait pas de cette oreille, il leur dit:

(Je résume):

 » Quoi? Vous voulez vous barrer pour ensuite revenir? Ok les gens, j’ai comme l’impression que quelqu’un veut me faire passer pour un con, faut donc que je vous explique. Deux choses: 1.Personne ne quittera ce pays de mon vivant moi Président du Zaïre Mboka bâ N’ka! (Silence -et là, un éléphant passe-, puis il enchaine ..). Oui, on ne bouge pas! 2. Vous voulez des médecins? Ok, je ferais venir les meilleurs spécialistes ici en plus des nôtres qui ont été formé chez vous, et si besoin, on a des sorciers et marabouts qui feront très bien l’affaire aussi. Donc, vous ne repartirez aux States qu’après vous « être foutu dans la tronche », je voulais ce combat et je l’aurai! À 3heures du matin si vous voulez! – mais pourquoi 03hoo du Mat’?- Sinon, 3. Je prends en charge l’intégralité de tous vos frais, (les vrais, le faux-frais) et même les dépenses courantes de vos proches en Amérique, je peux payer, je suis un diamantaire. Allez, souriez! Vous êtes ici chez vous en Afrique! De toute façon, les avions sont en panne, et ne comptez sur moi pour vous mettre dans des bateaux vers l’Amérique comme du temps de la traitre négrière, vous êtes revenu sur la terre de vos ancêtres, et bien, on vous garde! « 

ali-with_mobutu_edit

Bref, ils les avait « séquestré » dans un pays plus grand que la France. George Foreman se consola auprès de son chien qui avait fait le voyage avec lui, et … c’est ça qu’on avait pas aimé je crois. Un chien? Il faisait semblant son « blanc » disaient les gens. Et pendant ce temps, Mohamed Ali savourait ce séjour princier all inclusive. Footing dans les rues de Kinshasa la capitale et à la campagne, ballade au marché à ciel ouvert à taper la conversation avec les Mama’nzando (les commerçantes, les Mères-Benz), il était partout avec ses mimiques, sa joie de vivre enfin l’Afrique sans oublier sa grande gueule et ses quelques mots en lingala. Il était « caravane du Tour de France » à lui tout seul! Pour les enfants que nous étions, l’Africain c’était le moins noir des deux (Ali) et George Foreman symbolisait « l’Occident », l’Afrique devait l’emporter et Mohamed Ali avait gagné! C’était énorme, « l’honneur de l’homme noir » était sauf. Ouf !

Ali boma yé!

./…

#Art (de vie): le choc culturel …

« Notre comportement dépend de notre héritage émotionnel autant que du contexte culturel dans lequel nous vivons »  écrivait Ysabelle Lacamp dans Une jeune fille bien comme il faut (1991). Et l’homme, «un être culturel par nature parce qu’il est un être naturel par culture» disait Bourdieu Euh… Edgard Morin dans Le paradigme perdu (1973). Illustration …

13265911_10154168957092560_4263801415684632805_n

La culture, pour qu’à travers l’autre contempler la nôtre. L’Art, un effet miroir.

./image

 

#LeSaviezVous? Au Japon, un « doigt d’honneur » c’est cool, et ils adorent …

japan-hiroshima-itsukushima-shrineSe plaindre du « communautarisme » c’est se fermer aux autres, et on passe à coté des choses simples qui peuvent, parfois, nous être très utiles dans notre quotidien.

Tenez, si vous êtes en repas d’affaires par exemple, en marge du Sommet du G7 au Japon,  ou dans un resto japonnais en France, avec des nippons et que votre hôte vous fait un « doigt d’honneur«  – comme on dit chez nous-, surtout, ne quittez pas la table! Ce n’est pas ce que vous croyez!  On ne s’offusque pas, on claque les baguettes (pas le pain!, mais les trucs qui servent à manger) en signe d’allégresse car c’est un signe de fraternité , un geste d’amitié qui vous fait entrer de plein pied dans le cercle très fermé de l’amitié du pays du soleil (le doigt) levant.

image

Oui, zen et se dire: « Chouette, c’est gagné ». Par contre, ne pas faire le signe en retour, il sait peut-être ce que cela signifie chez nous, prudence donc. On se souvient tous de l’injonction morale et philosophique de Socrate qui  disait:«Connais-toi toi-même», c’est bien pour quelqu’un qui n’a jamais fait le voyage du Japon. « Connaître les autres c’est un (doigt d’) honneur» et c’est encore mieux! Et pour finir, je crois que les ex-électeurs du PS sont friands de culture japonaise, je suppose …

Billet « Culture», fait.

./..

« Tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut la peine » [Danton] …

Billet « culture » sur l’histoire de la décapitation.

20160522_130605.jpg

Après la « tête à Zeus« , celle de Danton, juste après le verre de l’amitié avec Dan Dhombres, un bon moment à Saint-Germain. Non, on a décapité personne, sauf quelques verres, personne n’est ce pas? 

Voilà, mon cher Danton, fait ! Est ce que ça en valait la peine? J’ai un doute, mais le peuple nous le dira.

Dan, Merci.

./…

La légende *Soul Train*: Get lucky … #Prince

Prince UNE de presse mort à 57 ansSoul Train? Mythique live de la soul music MadeUSA, 35 ans d’histoire, de 1971 à 2006, la bonne vieille époque« le communautarisme » faisait danser la planète toute entièreaujourd’hui encore-, sur des rythmes Funk , Jazz, R&B, Soul, Disco, Hip-hop, Gospel, etc.

Aux manettes, Don Cornelius, hôte et maitre de cérémonie, sur la piste, «les gens #SapésCommeJamais», des artistes, la musique, the place to be. En hommage à Rogers Nelson *Prince*, invitation au voyage, destination les origines du look, des fringues et de la musique de *Love Symbol*. Lady and Gentlemen, Soul Train! remix..

Comme pour la légende du phoenix de Minneapolis, nos fins ne sont que des débuts, la force du commencement, c’est dans la chanson: « Like the legend of the phoenix, All ends with beginnings (…) ». Non, la « légende n’est pas morte », longue vie à Madonna, elle est (dans) la légende.

Get lucky.

./…

Musées (politiques): Le « Quai Branly » pour J.Chirac, la « veste branlée » pour le PS…

Deux infos en une image. 1. Le musée du Quai Branly va devenir dès le 20 juin, le « Musée Jacques Chirac », 2. Du côté du Parti socialiste, toujours à la rue (de Solférino), JC Cambadelis et ses alliés référendaires se préparent pour le Musée des vieilles gloires politiques, une équipe aux couleurs d’une marque de fringue: « La belle alliance populaire » ou « comment se prendre une veste chez *Celio* ».  Oui, « une branlée ça se prépare » , surtout en politique …

Chirac Quai Branly Alliance populaire PS Celio

De ces deux musées (politiques)., je vous conseille le « Musée du Quai Branly », pardon, je voulais dire, le « Musée Jacques Chirac, là où dialoguent les cultures », 37 Quai Branly à Paris 7, Ouverture de 11 heures à 21 heures, CulturezVous, loin de la « belle Arnaque Populaire » …

Belle alliance populaire nouveau parti socialiste

[exclu] by Extimités(politiques).

./…

« Umqombothi », et ça va vous plaire… / #SouthAfrica

Une des plus belles chansons d’Afrique (1986) by Yvonne Chaka Chaka « Princess of Africa »- une voix de Soweto. « Umqombothi »? Traduire ce que certains ont *peut-être* du mal à prononcer, hum… non! Pas besoin, surtout pas après lecture vidéo. Attention c’est addictif…

Demain, je reviendrai sur les choses qui me saoulent, billet Umqombothi (politique), pour dire ce que je pense, -sans tabou, totalement décomplexé-, et ça va vous plaire, (ou pas).

./…

Alain Mabanckou: Sous le « manguier du Collège de France »…

Alain MabankouLe Collège de France, forêt de la connaissance qui en a vu d’autres depuis 1530: Champollion, Pierre Bourdieu, Yves Cuppens, Claude Bernard, Claude Levis Strauss, Paul Valery, Alain Connes, etc, des arbres de toutes essences venus de tous horizons, a accueilli en son sein un « manguier », Alain Mabanckou.

C’était le jeudi 17 mars 2016, et j’y étais pour savourer cette « chaire » au goût amer ou sucré variant de l’orange à la pêche selon les variétés et saisons abordées dans cette leçon inaugurale au cœur de l’ancien Collège Royal. Sous l’arbre à palabres étaient présents, Dany Lafferriere de l’Académie française, Y’a Jean-Michel Nzikou de Besac, Le ‪#‎Sapelogue‬ de @Connivences Paris, Jacques ‪‎Toubon‬, Défenseur des Droits, Audrey ‪‎Azoulay‬, Ministre de la Culture, Georges Pau-Langevin Ministre‬ des Outre-Mer), Thierry ‪#‎Mandon‬, Ministre de.. (j’ai oublié! 😊) Michelle Jean, Secrétaire Générale de la ‪#‎Francophonie‬, Henri ‪#‎Lopès‬, l’ancien (Congo), etc

Alain Mabankou

Pour cette première, il était nullement question de la seule  littérature négro-africaine, comme stipulé sur le beau carton d’invitation qu’il m’a adressé, et qui m’a valu cet honneur. Le Professeur Alain (Mabanckou) -l’appeler ainsi-, sapé Bleu-Roi-de-France par le Congolais Armel de Connivences Paris, est allé bien au delà de l’attendu et du poncif selon lequel la lecture juste de la période coloniale serait écrite par les colonisateurs », il a détaillé les rapports entre les différents courants qui l’ont traversé depuis plus d’un siècle, de la littérature coloniale aux lettres africaines. Et la littérature noire d’Afrique ne se limite pas non plus aux seuls textes de ses illustres enfants. D’André Gide, à Mariama Bâ en passant par René Maran (1er prix Goncourt noir en 1921, Batuala), Joseph Conrad, Amadou Hampâté Bâ, Albert Londres, Sebene Ousmane, L. Sédar Senghor, Henri Lopès, Jules Verne, Aimé Césaire, etc, beaucoup d’illustres « présents par le texte » pour ces agapes assaisonnées par les écrits de grands voyageurs: un joli portrait croisé d’avis et d’opinions, une très belle traversée de l’Afrique, des ténèbres à la lumière

Alain Mabanckou Collège de France
12524408_10154014600184941_3295221941100588530_n

Près de la Sorbonne soufflait un léger vent d’Afrique dans ce beau Quartier Latin. A l’ombre du manguier, qui un jour deviendra baobab, le rythme des mots sonnait comme cette douce rumba qui jadis s’échappait des enceintes approximatives du Bar Céremonial, où nos pas nous entrainaient les samedis soir à Tié-tié Pointe-Noire. [Édit, ajout message facebook d’Alain Mabanckou]

Alain Mabanckou bembelly Collège de France.png

[Merci]. C’est étrange, l’impression d’être à nouveau au cœur de notre exubérance de jeunesse, être là, dans l’amphithéâtre Marguerite de Navarre, et ne pas y être à la fois. Perdre le fil des choses et se laisser entrainer vers des senteurs oubliées, se revoir autour d’un vin de palme, à l’ombre du manguier de Ta’Loundou, chez Donatien Ya Rod-. Sursauter et se rendre compte d’une évidence : Oui, c’était une invitation au voyage que je vous livre in extenso

Ce 29 Mars 2016, deuxième session au Collège de France , Cours sur la « Négritude » de 14h à 15h (Amphithéâtre Marguerite de Navarre, 470 places). Entrée libre, sans invitation et sans inscription préalables.

Culturons-nous, et mangez des mangues!

./…