#Congo: Lettre à François Hollande : «Monsieur le Président», fallait pas… #Sassouffit

manifestation-contre-le-referendumAprès les condamnations des propos de Benjamin Netanyahu sur la Shoah par la presse israélienne et par la Chancellerie allemande, on attendait que François Hollande – ou Manuel Valls – s’exprime sur le sujet, mais non, c’est sur le hold-up sur la démocratie au Congo que s’est exprimé le Président de la République.

Ce mercredi à l’Élysée, F. Hollande, l’Homme de Tombouctou s’est exprimé sur la Démocratie en Afrique suscitant le courroux en Afrique et des congolais. Le sujet qui (me) fâche? Au Congo-Brazzaville, le Président Denis Sassou-Nguesso, au pouvoir depuis 1979, bloqué par la Constitution qui l’empêche de briguer un nième mandat, organise son «RéférendumUnité» pour rester au pouvoir. Et, notre bon vieux Pépère estime qu’il en a le «droit»« Nous respectons les choix, toujours, des autorités légitimes. Au Congo, le président Sassou peut consulter son peuple, cela fait partie de son droit et le peuple doit répondre».

150707140217_sassou_hollande_512x288__nocredit

Pas faux, sauf que… les fiches (ou notes) de lecture présentées à François Hollande pour établir «ce discours de vérité» sont à refaire, elles contredisent toutes ses précédentes déclarations – sur le respect de la loi constitutionnelle en Afrique – et fustigent ses propres mises en garde contre «ces présidents qui veulent rester au pouvoir à tout prix», il donne quitus à Sassou-Nguesso, une «caution politique» dont il n’imagine pas la porté. La répression déjà en cours à Brazzaville et à Pointe Noire trouve dans ces propos une «légitimité macabre». Il faut croire mon Congo vaut un retournement de veste comme l’écrit Courrier International vu du Burkina Faso, de quoi vous saper le moral. Aussi, Monsieur le Président Cher Pépère, j’ai quelque chose à vous dire, en off.

Monsieur le Président, Cher Pépère…

Je suppose que votre intention était de botter en touche, Raté! vous avez fait « but! » contre la Démocratie en Afrique! Et vous savez quoi? Vous n’avez pas idée de la gravité de ces propos sur l’avenir de ce pays qui m’a vu naître et grandir. Oui Monsieur le Président, fallait pas, non, le Congo, c’est compliqué, trop. Personnellement j’évite d’aborder le sujet (politiquement) sur ce blog, à quelques billets près, – sauf quand lUMP y va pour renflouer ses caisses vides – je parle d’autres chosesculture, société, sape, etc-. Et comme je le pense vous l’avoir dit en septembre 2012, je suis Congolais de nationalité française – Du Congo je suis, une précision utile sur ma relation d’appartenance à la République pour mieux comprendre ce qui suit -. La ville de Pointe-Noire aujourd’hui à feu et à sang pleurant ses morts et suscitant la colère partout en Afrique, cette ville endeuillée comme Brazza-la-verte, c’est Ma ville – en plus de Lyon naturellement -. Monsieur le Président, j’ai pensé au tutoiement dans ce billet car il est question du Congo, j’y renonce pour ne pas fâcher ma mère déjà savamment énervée par votre déclaration. Permettez donc que je garde cette distance pour vous expliquer les quelques détails que la «cellule Foccart de l’Élysée» ne connaît pas, ou disons, maitrise mal. Oui, le Congo c’est mon rayon et la consultation sera gratuite.

Monsieur le Président, Cher Pépère… Quand le congolais oublie la Sape, l’ambiance, ses études, etc., pour une diatance démocratique dans les rues de Mavula (Brazzaville) et de Ndjindji (Pointe-Noire) en hurlant « Sassouffit!», il ne parle pas petit-nègre et n’exhibe point les pas de je ne sais quelle danse traditionnelle pour fêter le fin de la saison-sèche, mais exprime un ras-le-bol, «ékoki!», traduction «ça suffit Et dans le rayon conneries (politiques), Denis Sassou-Guesso dit Otiombé que je connais depuis toujours, mériterait bien tout un tome dans le Wikipedia. Oui je le connais, je devais avoir 5-6 ans lorsque, ce jeune officier traînait rue Dahomey à Poto-poto Brazzaville, près du Stade Felix-Eboué devant l’Église Sainte-Anne, pas loin de l’Avenue de France, il avait une «vie privée» dans la maison qui faisait l’angle, il y venait souvent, en moto mais sans casque – pas besoin de ça Congo – et le respect des règles, c’est pas sa «tasse de cacao». Oui Monsieur le Président, Sassou représente à lui tout seul «l’histoire des drames du Congo» comme on peut le lire dans ce papier de FranceTVinfo, une anthologie coup-d’Etat des années 60 jusqu’à nos jours, des faits, le vécu live de mon enfance à Brazza-la-capitale jusqu’en 1975 avant le retour à Ponton. Pour les responsabilités évoquées dans le récit que je résume, la Cour appréciera

Monsieur le Président cher Pépère, il faut savoir que Denis Sassou-Nguesso, «s’est fait» deux présidents de la République au Congo et en a destitué deux  autres à lui tout seul. (1). Marien Ngouabi qu’il avait aidé dans un coup d’État le 31 décembre 1968 avec pour lui le poste-clé de «contrôleur local» de Elf (l’actuel Groupe Total), le pétrole et les combines. Il était très actif dans les années 1970 avec une série disparition de dirigeants politiques éliminés (Kiganga, Ange Diawara), puis Marien Ngouabi, éliminé à son tour le 18 mars 1977, et une semaine après, c’était (2). l’ex-président Massamba-Débat qui passait, tué lui aussi. Pierre Anga ayant mis en cause Sassou (son ami) fut assigné à résidence puis tué. Arrivé au pouvoir en 1979 après s’être débarrassé d’un autre Président de la République (3) Joachin Yombi Opango1er destitué -, Sassou restera aux commandes jusqu’aux élections pluralistes de 1992 qu’il perd, mais reviendra 5 ans plus tard en 1997 – à l’issue d’une violente guerre civile, aidé par l’armée Angolaise et par son beauf le Gabonais Omar Bongo – le mari de sa fille, ça aide – avec la bénédiction de Elf France. Exit le président élu (4) Pascal Lissouba, – 2ème destitué et 4ème du nom. Je vous épargne « le massacre du Beach » et ses 350 disparus d’avril 1989, la présidentielle de 2002 où le seul candidat capable de le battre, André Milongo, Ancien 1er ministre fut contraint de retirer sa candidature à deux jours du scrutin, la terrible répression étudiante du 11 nov 1986 avec moi dedans, Aujourd’hui? Bloqué par la constitution qui lui interdit de briguer un autre mandat, atteint par la limite d’âge fixée à 70 ans, Denis Sassou-Nguesso, 72 ans en novembre, propose un «Référendum» pour rester en place comme l’avait rêvé Blaise Compaoré avant le soulèvement populaire #Lwili où comme espère le faire Kabila de l’Autre Congo (Ex-Zaïre) et qui doit très certainement se réjouir de votre prise de position, il vous doit une bière, mieuxun litre de vin de palme!.

C’est pourquoi Monsieur le Président Cher Pépère, dût ma politesse en souffrir, j’attends quelques explications – l’Afrique aussi – sur ce drôle de «visa politique» qui annule ce que vous avez réussi à faire jusque là, c.-à-d., une vraie rupture avec les combines Foccart où les présidents en Afrique jouaient le rôle de Préfets de Région sous la bienveillance de Paris. « Là où les règles constitutionnelles sont malmenées, là où la liberté est bafouée, là où l’alternance est empêchée, j’affirme ici que les citoyens de ces pays sauront toujours trouver dans l’espace francophone le soutien nécessaire pour faire prévaloir la justice, le droit et la démocratie» disiez-vous encore récemment lors des événements du Burkina Faso en octobre 2014. Monsieur le Président cher Pépère, pour vos «ratés » en politique intérieure – économie, chômage, etc.-, je vous ai épargné mes coups-de-claviers, Manuel Valls est désigné volontaire, c’est lui qui ramasse, il est 1er Ministre et c’est dans le forfait « politique libérale d’un gouvernement de Gauche » – Mais sur le Congo et même si l’on peut penser qu’il vous conseille, on va l’oublier pour cette fois. Monsieur le Président, je (re)viendrais volontiers vous rendre visite à l’Élysée, et promis, cette fois, je ne vous ferai pas l’offense d’un refus pour un déjeuner à l’Élysée comme en avril 2013 – «j’avais famille» comme on dit, un voyage en Grèce, comme vous aujourd’hui, je sais, décliner une invitation à déjeuner Rue du Faubourg Saint-Honoré, il n’y a que moi pour le faire, donc pardon – ça c’est fait -. Pour finir, juste une chose, cette note que je vous adresse Monsieur le Président, et ben, vous savez quoi? Dans le-Congo-de-Sassou, l’écrire, c’est renoncer au plaisir d’entendre le chant du coq lorsque enfin le jour se lève, l’éditer marque la fin des mes instants vacances à Ponton-sur-Mer, m’éloigne de ce soleil qui ne brille plus au Congo. Et en Afrique, le soleil c’est la vie disait mon Grand-Père, un ancien de l’armée des colonies, grand admirateur du Général de Gaulle qu’il avait croisé en 1944 lors de la Conférence de Brazzaville, il était désigné volontaire

Monsieur le Président, #Sassouffit.

Cordialement, cc Élysée.fr

Lettre au président 1Validation lettre au président 2Lettre président Validée

Et voila.

(…)

[Dimanche, c’est Afrique!]: #Congo tribals treats…

[Fermé Dimanches et fêtes]. Pour ce dernier dimanche de l’année 2014, une Extimité (africaine) sous le baobab de votre pharmacie-web. Neige à l’extérieur oblige, la couleur à l’intérieur s’impose: Balatéli bino maputa kitoko, ba wax pamba pamba! Chants-tradi by Koffi Olomidé. #MadeinCongo. Entrez (…)

Fermé Dimanches et fêtes, sauf en cas d’urgence.

La nouvelle discrimination nommée #Ebola… #IamAfricanNotAVirus

Deux billets en une journée via LeFigaro, c’est beaucoup. Mais cette fois, je n’ai pas vraiment le choix car les faits touchent ma racine africaine, Le Congo. De facto, je suis désigné volontaire pour mettre en lumière ce truc nouveau derrière lequel certains se cachent dorénavant, #Ebola.

IMG_5535.PNG
Clic pour agrandir

Prudence? Faut pas exagérer non plus… Non mais.. hé ho! Bande de cons! Quelque chose me dit que ce n’est qu’un début, #Ebola n’est pas encore là, ni au Congo-Brazzaville d’ailleurs, mais possède déjà son passeport en bonnet-difforme. Et la #RiposteEbola s’organise, au Liberia par exemple…

B0KlQpTCMAEYTuZ

Pour élargir cette # je dirais: #! On va transmettre à SOS-Racisme.

(…)

Un françologue à ne pas rater…

J’ai écouté, je ne m’en lasse pas. Vous allez écouter vous aussi (si si) et pas qu’une seule fois, vous pouvez me faire confiance, c’est addictif, vous verrez.  J’ai renoncé à compter les mots nouveaux, les tournures entre autres expressions de notre ami, de votre désormais ami, Eddy Malou du Congo-Zaïre, un françologue (on peut le dire), à découvrir, avec sous-titres…

Votre mission, si vous l’acceptez, c’est de relever les mots nouveaux, dans les commentaires please. Congolexicomatisation de la langue française? C’est le DidierGoux africain…

A l’aide!

JF Copé au Congo, pour quoi faire?… #CopéauCongo

Si vous ne l’avez pas vu à la télé ces deniers jours, malgré le cirque médiatique de la droite sur la commission Cahuzac, c’est normal, Jean-François Copé était à Brazzaville, au Congo. Je le savais mais j’attendais d’en savoir plus avant de vous en parler. (J’ai de très bons indics sur place).

Officiellement, JF Copé a répondu à une invitation rémunérée du “Forum Forbes Afrique 2013« , une grande messe économique organisée le 23 juilliet à Brazzaville (Congo) par le prestigieux Forbes Magazine, avec la reine Christine (Ockrent) en maîtresse de cérémonie…

20130725-203956.jpg

Officieusement, ce remake de Tintin au Congo a un objectif: réduire les déficits de l’UMP, trouver des fonds. D’ailleurs, Rachida Dati a joué l’ouvreuse la semaine dernière, à Brazzaville. Selon mes sources, Jean-François Copé était en mission pour récolter les promesses de dons (souscription ump) de certains mécènes domiciliés sous les tropiques. Il aurait déclaré: «Nous allons prendre contact avec chacun de ces généreux donateurs qui nous ont écrit et mettre en place un système rapide et transparent de transfert de fonds, très rapidement» (JF Copé).

Le Congo n’est qu’une étape de son tour d’Afrique. Voir Jean-Francois Copé faire les fonds de tiroir des cases africaines pour les finances de l’UMP, c’est assez drôle finalement.

Enfin, peut être pas pour les « classes moyennes » d’Afrique

Une saison au Congo…

Dans la rue, une interpellation pour « Une saison au Congo« …

20130514-200021.jpg

Une saison, et une seule pour haïr le temps, pour détester leurs « doucement »…

« Les voitures, c’est pour les ministres et les députés.
Les femmes, c’est pour les députés et les ministres.
Le père noël, c’est pour les nègres à monocle.
Que le père noël soit pour tous!
Voilà comme nous l’entendons, nous, l’indépendance du Congo!
« 

Aimé Césaire, Une saison au Congo (1966)

Explosions à Brazzaville > Peur sur ma ville..

Triste nouvelle, plus de 200 morts selon les dernières informations. C’était prévisible. Oui, un dépôt d’armes lourdes en plein coeur de Brazza-la-verte, capitale du Congo. Et, ça fait des décennies que cela dure. Mpila, est un quartier résidentiel du centre ville de Brazzaville, une poudrière. Pourquoi? Explications…

Le Président Sassou Guesso a planté là sa résidence dès son arrivé au pouvoir en 1977. Mpila est devenu depuis le chantre des politiques autour du pouvoir. Y habitaient les chefs militaires, les  »gens importants ». Quartier calme et de haute sécurité, tout un arsenal sécurisait la quiétude de ses habitants et le 1er d’entre eux, Denis Sassou-Nguesso, Président de la République de 1979 à 1992, puis depuis 1997.

Mpila, je connais. Le calme des ses rues arborées permettait aux étudiants de s’y retrouver à l’approche des examens. Révision sous les manguiers des avenues, presque pas de circulation. C’était pratique et dangereux…

Mpila est devenu malheureusement la plaie du Congo-Brazzaville. C’est de là qu’est parti la guerre civile de 1997 quand les forces militaires du Président Pascal Lissouba (1992-1997) ont voulu déloger un proche de Sassou-Guesso le 05 juin. Très vite, et fort de son arsenal militaire basé à … Mpila, et de sa milice armée  »les cobras’‘, ils ont de concert plongé Brazzaville et le Congo tout entier dans une guerre civile: Plus de 15 000 morts.

A Mpila ce 04 Mars 2012, les munitions ont encore fait des dégâts. Personne n’a tiré de coup de feu certes, mais les dégats sont sans communes mesures. Vitres soufflées à Kinshasa, de l’autre côté du fleuve congo. on imagine les dégats dans les quartiers proches de Ouenzé, de Poto-Poto ou Moungali. L’état des secours n’est plus à décrire, on peut le deviner et, imager le désarroi des habitants de cette ancienne capitale de l’Afrique Equatoriale française…

Après Pointe-Noire  en mars 2010, au Congo la série noire continue…

L’Autre Moi: The Artist in the jungle…

C’est la faute à @RomainBlachier. On peut le dire, ce billet fait suite à une pub congolaise visible sur son blog: Jubilée. C’est touchant comme attention pour le natif du Congo-Brazza que je suis.

J’ai donc fait un voyage dans mes souvenirs. Je me revois escalader le mur d’enceinte des voisins pour profiter de la Télé Noir&Blanc diffusant l’émission KinShow sur Télé Zaïre avec de sublimes inserts publicitaires.

Je vous explique. Brazzaville capitale du Congo est la ville ‘’jumelle‘’ de Kinshasa, Capitale du Zaîre du célèbre Mobutu Séseko (affectueusement Koko Sé, Grand-Père). les deux villes-Capitales ne sont séparés que par  le majestueux Fleuve-Congo.

Chaque Pays avait une seule chaine de Télé (Télé Congo et, Télé Zaïre). Comme notre Télé-Congo marchait avec des piles (pour ne pas dire très mal), on se calait tous sur Télé Zaïre qui avait en plus de très belles émissions, particulièrement les soirs et Weekends. La traditions des concerts en direct live dans le célèbre Studio Mama Angebi explique le fait que le Congo-Zaïre est Champion d’Afrique de la musique urbaine. Papa Wemba, Koffi, Ok Jazz, Wenge Musica…

C’est cette même chaine de télévision qui avait diffusé en Mondo-Vision le célèbre combat Ali-Foreman de 1974 en direct du Stade du 20 mai. Ceci explique et justifie l’escalade du mur des voisins. Leur Télé captait mieux Télé-Zaïre.

Grâce à Romain donc, j’ai fait un tour sur Youtube, j’ai cherché des publicités de ma jeunesse. J’en ai trouvé et, j’ai ri. Puis, je suis tombé sur la  pépite ci dessous. Cette Pub a été tournée sur mon aire de jeux, à l’entrée du Stade Felix Eboué. Théâtre de mes tendres années, chaque séquence de ce court métrage publicitaire ouvre une page de mes souvenirs que je veux partager avec vous.

La réalisation est … étonnante. Magnéto.

;-) Des commentaires?

[illustration]

Nostalgie et paradigme de l’élégance: Envie de couleurs…

Pierre Desproges disait en son temps  »La nostalgie, c’est comme les coups de soleil: ça fait pas mal pendant, ça fait mal le soir ». Il se fait tard, la nuit enveloppe Rhône et Saône, le soleil s’est couché derrière l’épais brouillard qui prive la capitale des Gaules des charmes de la lune.

Et, J’ai comme une envie, une grosse envie de soleil, de lumière et de couleurs! Exit le gris, le sombre, le flou, l’hiver s’annonce, les villes s’illuminent, c’est féerique. Fêtes des Lumières? Attendre le 08 décembre

Quelque chose manque à l’appel. La nonchalance verbale et vestimentaire, ces rires à ne plus en finir, ces battles élégantes sur les rythmes de Rumba congolaise. J’oubliais, ce concert live à Tié-Tié Pointe-Noire aux allures de fashion week, en compagnie de Ya Marc et de Nina qui n’en croyait pas ses yeux. Un autre monde… Souvenirs, Couleurs, Symphonie: Morceaux choisis…

Soleil, détente, Matalana.
Binkutsi kua bi tua bantu. Ma K.O

Le long du fleuve Congo ou de l’autre côté, à Kin-la-belle, Wengue Musica…

Et demain, il fera jour… à Lyon.

DSK libre? Paroles d’un ‘’violeur noir‘’ depuis l’Afrique…

20110824-130346.jpg
Ratus

C’est ‘’Ratus‘’ le coq adopté par mon fils qui a annoncé la nouvelle par son ‘’cocorico‘’ matinal depuis son poulailler de fortune sous l’avocatier de la cour centrale. Information confirmée par Radio France international (Rfi) du vieux poste de l’armoire du salon. Oui, il a été déclaré non coupable de toutes les charges par le Procureur de New York en 15 minutes.

‘’Seul un noir capable de violer une femme peut croire en l’innocence de #DSK‘’ avait écrit Anna Gueye en réponse à l’un de mes tweets (et billet) sur la présomption d’innocence de Dominique Strauss Khan.

Faut donc croire que le Procureur Vence et tous les acteurs américains du tribunal de New York sont des violeurs, des  »noirs »… C’est certainement le cas sinon, leur Président (Obama) ne le serait pas. Ah, je précise, je suis à Pointe Noire, sur la côte atlantique africaine, entouré de plein de gens 100% melaninés.

L’affaire Nafissatou Diallo? On s’en fout! L’Afrique s’en tape! C’est le dernier des soucis, trop loin… Dans les ‘’bars‘’ à ciel ouvert, on parle business, football (Réal, Barça, pour les deux dernières confrontations Réal-Barça, la ville était en état d’alerte max, des ‘’CRS‘’ et flics quadrillaient les points chauds comme si le match se jouait ici …). Dans les ‘’Nganda‘’ on boit beaucoup de bières: Primus, N’gok et le Ntsamba (vin de palme). @jegoun peut vivre heureux ici dans la région du Kouilou. La comète est à chaque coin de rue! #KDB (Kouilou des blogs) permanent sans serveuses à forte vitrine, pas de verre à casser, on boit à la bouteille. Santé!

‘’Avocats!!! Avocats mé louta‘’ traduction: ‘’ le vendeur d’avocats est en train de passer…‘’. Le soleil se lève, les marchands ambulants ont repris leur ballet dans les rues défoncées du quartier Tié-Tié à Pointe-Noire. J’ai pris deux avocats (comme DSK), c’est très bon pour le petit déjeuner sur la terrasse ombragée sous le manguier. Dans les maisons aux alentours, les femmes, mamans s’activent déjà, balaient la devanture des maisons et parcelles, étalent leurs marchandises sur des tables pour de maigres recettes en fin de journée. Certaines interpellent taxi et mini-bus pour se rendre sur leur lieu de travail. Nafissatou Diallo? Si seulement elle savait… Petit sondage de voisinage: 100% des mamans de mon quartier ne la connaissent pas! Ou, s’en tamponne… segolennement !!!

Faut dire qu’elles ont des vies difficiles, complexes, rudes. L’essentiel du planning familial est assuré par des ONG déjà en grande difficulté. Le réseau de distribution d’eau potable est sommaire voir inexistant dans certains coins de la ville. A compte gouttes les soirs, elles remplissent des bidons de réserve d’eau pour les besoins de la famille, à défaut d’aller en chercher dans des puits pour les tâches usuelles. Pas facile. Mères courage…

Toutes, mères plurielles sans allocations familiales (oui, ici y’a pas), elles donnent vie à l’Afrique malgré la terrible mortalité infantile toujours en hausse. Sans compter les décès suite aux accouchements dans des conditions vétustes des centres hospitaliers. Deux frangines de mon quartier ne sont plus, laissant les enfants à la charge des parents déjà pas très bien installés. La Polio laisse des traces visibles, l’absence de système d’évacuation d’eaux usagées amplifie les épidémies, facilite la prolifération des moustiques entres autres nuisibles. On ne parlera pas du système de santé, des médicaments périmés, des ‘’pharmacies‘’ sans pharmaciens, etc… Donc, retour en force des pratiques traditionnelles, sans compter les évangélistes de tous poils.

20110824-130621.jpg

Curieusement, la joie de vivre est toujours présente sur les visages. C’est là une vision européenne de mon observation. Ici, tout est dans la norme. On s’en accommode. L’Afrique rit, elle est joyeuse, solidaire! Et, Ponton-la-belle l’est moins. Le problème ici, ce n’est point la famine mais la malnutrition ou, plus précisément les difficiles conditions sanitaires. Une certitude, Didier Goux n’habite pas ici.

DSK est libre? On s’en tamponne aussi! Nafissatou_Banon? C’est qui au fait? me demande ma voisine sur la terrasse du ‘’Grand Café‘’ au centre Ville. Disons que le problème du viol des femmes dans le monde est, et doit être une préoccupation commune. Ce sujet ne peut être prétexte à invectiver. Toute autre requête indexée sur le viol des femmes, inféodées par autre chose que leur sécurité et, l’amélioration de leurs conditions de vie in the world sera nulle et non avenue.

L’Afrique se vit en Afrique…

Pointe-Noire (Congo) le 24 Aout 2011.