Qui est riche et qui est pauvre en France? Graphique des niveaux de vie, les réponses …

« Qui est riche et qui est pauvre en France? » Éternelle question qui alimente bien des débats (politiques), sans oublier ses corollaires et détails: « Qui appartient aux catégories populaires? Qui fait partie des classes moyennes? Qui est aisé? Qui est riche? » etc.  Des questions et désormais des réponses de L’observatoire des inégalités sur les niveaux de vie mensuel selon les familles, sur la base des données détaillées de l’année 2013 par type de ménage. Se positionner ...

  

Des frontières critiquables certes, mais qui éclairent assez bien nos lanternes. Alors, riche ou pauvre? Ce n’est pas une question, non, ne pas répondre, mais si vous insistez….

.+/Source

Matines (politiques): Quand « l’heure Badinter » sonne à Gauche…

P130Loin du doux son des matines, la Gauche sonne l’heure des Badinter, et nous voila plongé dans une nouvelle ère, dans un nouveau schéma politique axé sur deux points.

1. Déchéance  de laïcité. D’abord cette étonnante sortie d’Élisabeth Badinter il y a quelques jour sur France Inter: «Il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe ». Propos validées par une partie de la Gauche – dont le Premier Ministre-, avec en prime une polémique sur la laïcité. Mon avis?

« Ma chère Élisabeth, je dirais une seule chose: «Déchéance de laïcité », car les islamophobes – que vous n’êtes pas- n’en demandaient pas tant! Ils doivent se réjouir depuis votre libre expression. Et que dire des racistes et antisémites déjà sur les rangs et aux portes de cette «Jurisprudence»? Ma chère Élisabeth, j’ai le souvenir de votre «Taisez-vous » adressé aux éditorialistes et que je me garderais d’utiliser surtout après la «polémique Finkielkrault» de cette semaine sur le plateau de Pujadas où le sémillant polémiste-télé a été touché par ses propres armes, c-à-d, «l’invective publique». Aussi, Ma chère très chère Élisabeth, quoiqu’il advienne, j’ai garderais par devers-moi et jusqu’à trépas, cette parole juste, -la votre- en date du 06 juillet 2011, je vous cite: « On ne se sert pas d’une possible injustice pour faire avancer une cause. ». Bref, c’est votre avis  et on peut ne pas le partager. Au sujet de la laïcité, je vous invite à lire la Note d’orientation de l’observatoire de la laicité qui revient sur «la Laicité aujourd’hui»,  c’est très instructif vous verrez. Cordialement et vous m’excuserez de ne pas dire merci-».

2. «Abolition» du Code du Travail. Robert Badinter vient de remettre à Manuel Valls ses «principes essentiels du nouveau code du travail» dont la refonte est prévue d’ici à fin 2017. Ce travail de fond qui a duré plus de 35 heures prévient en préambule: « Des négociations qui doivent être loyales », précise-t-il. « A l’heure des transformations profondes qu’engendrent dans la société contemporaine la révolution numérique et l’irrésistible mondialisation des échanges, il s’agit pour le législateur français d’encadrer, sans le contraindre, le droit du travail en le fondant sur des principes indiscutables ». S’y trouvent les grandes lignes de l’axe politique du gouvernement, on va attendre de voir l’utilisation qui en sera faite…

Deux hautes et belles voix et l’heure Badinter sonne à Gauche. Et le souvenir du très singulier «son des véritables Westminster» me revient à l’esprit et je ne sais pas pourquoi-. Oui, je suis nostalgique de vieux mécanismes, des vieilles horloges de notre enfance que j’ai réactivé chez moi à l’heure du déjeuner…

Les 12 coups de Midi et la nouvelle gauche (le PS) passe à table. Et Dieu seul sait  combien ce truc a énervé les voisins!. C’est peut-être ce qui caractérise le mieux la nouvelle horloge (politique) de la Gauche au pouvoir, foutre le bordel dans son voisinage proche. Soit, alors …

Que le Big Ben (politique) de la Gauche commence!

Ou pas.

./…

E. #Macron: les «pauvres entrepreneurs» et la «riche vie» des salariés…

[LeConDuJour?] Cette citation du Ministre de l’économie mérite une épingle. Emmanuel Macron s’inquiète de la «dure vie des entrepreneurs», ces pauvres acteurs sans garanties qu’il compare avec la «riche vie» des salariés.

image

Si, il est «De Gauche», enfin, Y parait. Et, c’est à lui qu’incombe la « dure mission » de modifier le «Code du travail», il aura à cœur de faciliter la vie de ces tristes entrepreneurs en leur offrant des « garanties » pour en finir avec ce mal-être des « entrepreneurs », les dotations de la CICE, ce n’était pas assez. Ensuite, après le séjour de Manuel Valls à Davos – Club des entrepreneurs-  , ils iront demander aux salariés – de Gauche– de faire «barrage au Front national» lorsque l’échéance électorale arrivera.  C’est prévu, bientôt, dans quelques mois.

./…

«The place to be» de M. #Valls: «Davos, Davos, mon beau miroir! »…

Matalana (politique). Pendant que les français jugent sa politique pénalisante pour les salariés -à 75%– le premier ministre soigne son image, Manuel Valls veut « se montrer » à Davos

 

Prendre de l’altitude (1 560 mètres) pour le forum économique mondial (World Economic Forum, WEF), une réunion des dirigeants de la planète et des élites économiques,  et ce n’est pas la fête de l’Huma. Davos, du 20 au 23 janvier 2016, un endroit où faut être, « the place to be », 

Davos, la boîte à l’Être.

./Le JDD

Infographie «plan chômage de F. Hollande»: l’essentiel …

Ce dessin «infographie» résume assez bien le «Plan chômage» de F. Hollande…

image

Oui ça peut tenir, savoir faire simple. Et demain «le chômage baissera» car la formation, c’est «l’emploi»! L’inversion de la courbe est donc inéluctable, vive la future «baisse crédible du chômage» !

Astuce (politique).

./…

Tiens, « pour une primaire à Gauche »? Cette fois, c’est du sérieux…

md0.libe.com

Julia Cagé (économiste), Daniel Cohn-Bendit (Européen, Mariette Darrigrand (sémiologue), Marie Desplechin (écrivaine), Guillaume Duval (journaliste), Romain Goupil (cinéaste), Yannick Jadot (député européen), Hervé Le Bras (historien et démographe), Dominique Méda (sociologue), Thomas Piketty (économiste) Michel Wieviorka (sociologue.) etc, sont A la UNE de @liberation «pour une primaire à Gauche» avant 2017:

«Nous refusons la passivité face à l’abstention, au vote Front national et à la droitisation de la société. Nous refusons les renoncements face aux inégalités sociales, à la dégradation environnementale, aux discriminations et à l’affaissement démocratique. Nous refusons la paralysie de nos institutions (…) Notre primaire est la condition sine qua non pour qu’un candidat représente ces forces à l’élection présidentielle en incarnant le projet positif dont la France a besoin pour sortir de l’impasse».

S’attendre à plusieurs réactions possibles: la dérision, le procès en illegitimité de cette «société civile qui ne représente pas le peuple», voire le rire, etc. N’empeche, ce «Nous refusons, Nous n’acceptons pas, Nous voulons» très inattendu (ou pas) et loin de la tradition qui consiste à reconduire le Président sortant dans le statut de « candidat officiel » de sa famille politique, interpelle et appelle une réponse. Question, qu’est ce qui peut bien expliquer une telle initiative?

Il faut que croire qu’à Gauche la « légitimité » de François Hollande n’est plus une évidence, le désamour est  très probablement le fait de deux virages majeurs: 1. Le virage libéral. Avec l’arrivée de Manuel Valls à Matignon, une nouvelle équipe « pro-business » débarrassée de son aile Gauche (Benoît Hamon et Arnaud Montebourg) s’est installée avec Emmanuel Macron aux manettes de l’économie. Ce n’était pas le changement attendu par la Gauche. 2. Le virage idéologique. Une évidence désormais bien assumée dans le discours et dans les politiques (#LoiRenseignement, État d’urgence, Lois sécuritaires, Déchéance de nationalité, etc). Des mesures plébiscitées par la Droite et l’extrême-droite, – les sondages disent « par la majorité des français », mais bien loin d’une Gauche qui refuse «que la menace du FN, le risque terroriste et l’état d’urgence permanent servent de prétexte pour refuser de débattre des défis extraordinaires auxquels notre société est confrontée de fatalité à l’impuissance politique».

Cette « surprenante requête primaire » fera grincer les dents au sein de l’actuelle majorité  minorité gouvernementale« Les français n’ont pas besoin de «polémiques inutiles» dans ces moments difficiles que traverse notre pays » répondront certains pour ne pas dire « cause toujours », ou encore – et ça revient souvent-,« seul François Hollande peut battre la Droite », à croire que le seul but d’une présidentielle c’est de « battre la Droite » et qu’importe ce que l’on fera de la « victoire ». Gagner et gouverner avec la politique des vaincus, c’est le scénario actuel, et c’est ce que dénoncent les signataires de la tribune ce lundi à la UNE de Libération. Sans avis tranché sur la question -pour l’instant-, je vous invite à lire les détails de la tribune dans Libération. [Màj, 11.01.15] Selon le Lab, Francois Hollande ne s’y oppose pas conformément aux statuts du PS (Art. 5.3.1)…

Primaire à Gauche, Hollande

Voila, fin de la polémique, y’a plus qu’à l’organiser, qu’on rigole un peu. ;-)

À suivre.

./…

Chantage: Bernard #Tapie menace d’être candidat en 2017 si…

 

Sur France 2, Bernard Tapie a menacé d’être «candidat à la présidentielle 2017» si aucun candidat ne fait «de propositions pour modifier les structures du chômage des jeunes». Traduction: «Je serais candidat si on n’annule pas cette vilaine dette de 404 millions d’euros que je dois rembourser, I want mon blé qu’on me le laisse! c’est un cadeau de Nicolas Sarkozy et de Christine Lagarde!  – En plus,  insolvable je suis!- Sinon, je vais vous emmerder jusqu’en 2017 – au moins-, Voila!».

Ne cherchez pas, continuez vos courses de Noël les gens, c’est juste une combine à Nanard – une tapinade si vous préférez – et les jeunes sont désignés «Alibi».  Toujours se méfier des gens qui ne s’occupent des jeunes que quand ils sont pauvres ou endettés. Rappel,«le chantage, c’est l’action d’extorquer de l’argent ou tout autre avantage par la menace (…)». Question: A l’heure de l’ouverture – à Droite, Manuel Valls va t-il céder au chantage?, va t-il intégrer Bernard Tapie dans le dispositif «Pacte républicain pour l’Emploi»? À suivre…

Bref, c’est du chantage.

/…

La pavoiserie du chômage: toujours dans le rouge…

Pendant ce temps, sur le marché de l’emploi….

 Forte hausse du chômage en octobre 2015

Le chômage, une longue pavoiserie tricolore 

(Screen, la Tribune)

Malgré M. Valls, réduction d’impôt en vue grâce à JM Ayrault, «nouveau frondeur PS»…

Ayrault Valls Enfin! Un vrai «truc de Gauche» soutenu par plus de 160 députés PS –c’est rare depuis Valls à Matignon– pour un rapprochement entre l’impôt sur le revenu et la CSG. Déposé début octobre par l’ancien Premier Ministre JM Ayrault et Pierre-Alain MuetDéputé de ma circonscription à Lyon– un amendement au projet de budget de l’État pour 2016 prévoit la baisse de la fiscalité grâce à la CSG (contribution sociale généralisée qui deviendrait progressive en fonction du revenu) pour aller vers un «impôt citoyen sur le revenu».

Un vrai choc de simplification fiscale en somme, une petite chose, «On verserait plus intelligemment une subvention, la prime d’activité, qui n’est en fait que le remboursement d’une partie de ce que ces contribuables paient en CSG », explique Pierre-Alain Muet qui ne veut pas qu’on puisse croire que les salariés payés autour du smic sont «des assistés». Mais Manuel Valls n’en voulait pas: «je ne suis pas sûr que les Français lient automatiquement l’impôt et la citoyenneté» déclarait-il il y a encore quelques jours au grand plaisir du Figaro qui titrait le 08 novembre «CSG: Valls enterre l’amendement Ayrault».

CSG : Valls enterre l'amendement Ayrault

Raté! C’était sans compter sur la détermination de JM Ayrault, des frondeurs, des radicaux de Gauche et du Président de la République de plus en plus sensible à ce qui résonne à l’oreille des électeurs et qui, par cette mesure – en vigueur au 01 janvier 2017 – va respecter un engagement de campagne. Le vote de l’amendement a lieu ce jeudi à l’assemblée nationale, et pas besoin d’article 49.3, c’est un truc de la Vrauche. Il faut croire que pour le pouvoir d’achat des français, ce sont ceux qui en parlent le moins qui s’en occupent vraiment

(…)

Traité de «la morale (politique)» selon @EmmanuelMacron Cc #Cahuzac …

Ce matin sur Europe1,  Emmanuel Macron nous a livré son «Traité de la morale (politique)». Extrait de son échange avec Thomas Sotto à travers le cas Thevenoud – ce député ex-Secrétaire d’État, toujours sous le coup d’une plainte – récente – de Bercy pour « fraude fiscale » (01 juin 2015)…

Bercy dépose plainte pour « fraude fiscale » contre Thévenoud

Thomas Thévenoud avait évoqué pour sa défense la «phobie administrative», affaire en cours. Partageons donc l’avis COPMorale21 de Sir Macron-de-Bercy sur le «Climat des Affaires-en-politique»

  • Emmanuel Macron: «Thomas Thévenoud, a commis des fautes, il a «politiquement» payé pour cela (…) Il a été sanctionné comme responsable politique en sortant du gouvernement, il y a une procédure fiscale qui est en cours, je crois que c’est suffisant. Je veux dire par là qu’il faut proportionner les choses et je n’aime pas hurler avec la meute, voilà». 

  • Thomas Sotto: Mais il a sa place à l’Assemblée ?

  • Emmanuel Macron: «Écoutez, il a la place que lui ont donnée les Françaises et les Français mais moi je ne hurlerai pas avec les loups».

  • (…)

C’est Jérôme Cahuzac qui va être très content, peut-être bien Patrick Balkany aussi, voire le vieux Serge Dassault, nouveau responsable de la section éthique et financement à l’UMP chez les Républicains

Macron Cahuzac Dassault Balkany Thevenoud

Quelques explications s’imposent, traduction. 1. «Il a payé politiquement», comprendre, «la morale en politique, je pisse dessus!». 2. «il a la place que lui ont donnée les Françaises et les Français», Vrai! on ne peut en dire autant pour son poste de 1er fonctionnaire au Ministère de l’Économie – pas payé au mérite– lui . 3. «mais moi je ne hurlerai pas avec les loups», traduction, les «loups, la meute»,  c’est nous, ok! Et quand le Grand méchant Filoche va revisiter «l’histoire de Paf-Paf-Le-Loup», ne plus venir se plaindre. Mais bon, on trouvera toujours des gens intelligents pour nous expliquer sans fautes d’orthographe, que ce «traité de la morale (politique)» signé E. Macron, c’est trop bien.

Si c’est ça « la Gauche », alors «vive les Loups!»

(…)