Mots-clés

, ,

r-DECLIN-PRESSE-ECRITE-large570Couper les vivres à la Presse? Pour réduire les dépenses de l’Etat et pour mettre fin à une situation de dépendance, la Cour des comptes propose de s’attaquer aux avantages de la presse.

Quelque chose me dit que la presse unanime va tirer à boulets rouges dans les heures à venir. Oui, nos éditocrates et associés vivent aussi de l’aide de l’état, ils accumulent des aides hétérogènes pas toujours efficaces selon le rapport annuel 2013 de la Cour des comptes publié ce mercredi 18 septembre.

Pour en finir avec l’assistanat de la Presse aux frais du contribuable et pour réduire les « déficits publics« , la Cour des comptes propose quelques mesures…

Les aides de l'Etats à la Presse écrite

1. De réduire les avantages dont les journaux bénéficient pour leur distribution par la poste, réduire les aides postales, pour « encourager la transition du postage vers le portage ».

2. La suppression de l’abattement pour frais professionnels des journalistes, « simplifier les aides directes et supprimer toutes les aides fiscales dont la pertinence n’est pas avérée ». Donc, réexaminer cette niche fiscale pour une plus grande transparence. Ça va couiner…

3. Que la question des aides à la presse fasse l’objet de débat sur le projet de loi de finances pour 2014. En clair, qu’on s’interroge collectivement sur le niveau de soutien que l’État peut continuer à apporter à un secteur en déclin, qui peine à se réformer…

Économies estimées pour les finances publiques: de 135 à 150 millions d’euros. Ce n’est pas rien, surtout lorsque cette même presse demande la réduction des déficits! Tiens, Le Figaro s’inquiète déjà…

Aides presse Figaro

Aider la Presse? Oui, il le faut pour diverses raisons. Il n’est pas question de remettre en cause leur capacité d’indignation ni leur orientation politique, mais, lorsque cette même presse, financée en partie par l’aide publique, s’attaque aux fondements de la République et de la démocratie en se portant caution solidaire de certaines thèses allant jusqu’à remettre en cause les lois de la république, on est en droit de s’interroger sur notre participation…

Pour cette catégorie particulièrement, si l’on pouvait soustraire le contribuable que je suis de la liste des donateurs « volontaires à l’insu de leur plein gré » de cette #PresseThon, ça m’ira très bien.

Merci. (PS: lisez les blogs!)

About these ads