La (Live)Box by Orange du futur? #biennaleDesign13…

Carte pressLe 13 Mars denier, à la Biennale de Saint-Etienne, le design était au menu de nos échanges avec l’équipe Orange Centre Est (Lyon). Quoi? Le Design chez Orange? Ah bon? Je crois que cette question, on se la pose et cela mérite qu’on s’y attarde un peu.

Comme le souligne François, taulier du blog ArtDesign: « En évoquant Orange, on pense immédiatement au design de produits hardware ou accessoires, ce qui n’est pas le cœur de métier du fournisseur d’accès haut-débit vitaminé…Le design chez Orange est plus subtil puisqu’il s’agit  de délivrer des services plus simples et intuitifs pour ses clients ». Pierre-Yves Panis, Directeur Design et User Expérience chez Orange, nous a éclairé sur le Design by Orange.

Avec talent, il nous a expliqué les contours du Design chez Orange: design sonore, d’interaction (TV d’orange par exemple), d’interface, de sites web et mobile. Nous le savons tous, l’objet le plus visible chez Orange, c’est la «LiveBox», cette boite approximative qui souffre de l’élégance de la freebox révolution signé Philippe Starck. On a demandé à notre hôte de conceptualiser pour nous, sur papier, stylo en main et en une minute, la box d’Orange de demain

box orange futur (2) (1)

C’est une vision possible de la (Live)Box du futur  by Orange. En forme de mappemonde, un nouvel objet design qui lie l’utile et l’esthétique. Mouvant, vivant, Live, avec des formes variables en fonction peut être du flux de connection ou, de la densité des données partagées via les réseaux sociaux.

On peut l’imaginer indiquant les points de connection de notre voisinage-web, la géolocalisation sur la Box. Et pourquoi pas, des projections de données sur les murs de la pièce, voire une intégration du Cloud by Orange. La forme est originale pour une box et, le potentiel énorme. Le tout dépendra de la technologie embarquée. Comme le rappel Christophe, le futur nous dira si cette ébauche visuelle triomphe!

Précision: C’est juste une inspiration instantanée d’un Designer, un dessin de coin de table,  à l’heure du café. C’était du Off.

Les pauvres, ces mauvais tricheurs…

C’est dramatique. Même dans la ‘triche » aux aides sociales, les pauvres sont mauvais, ils font moins bien que les entreprises et certaines familles à revenus élevés. C’est ce que révèle cette infographie de ATD-Quart-Monde. Les nuls…

20130316-090759.jpg

« La fraude aux prestations sociales, évaluée à environ trois milliards d’euros, concernerait 1% des particuliers », rappelle ATD Quart Monde. 90% de ces trois milliards sont récupérés. Des sommes fort éloignées de la fraude aux prélèvements sociaux, estimée entre 8 et 12 milliards. Cette fraude concernait en 2007 10% des entreprises, selon le Conseil des prélèvements obligatoires. Quant à la fraude fiscale, elle coûte chaque année 30 milliards d’euros à l’État français, selon un rapport du Sénat rendu public en juillet 2012.

Ah ces pauvres! S’ils ne savent même pas tricher, pas etonnant qu’ils soient pauvres. Ils sont « honnêtes« , avec des vertus tout ça! Pendant ce temps, les riches, eux, ils trichent! Et ces pauvres qui les laissent faire… Les cons. ;-)

[ATD Quart Monde]