Africa for Norway: Quand l’Afrique se révolte contre les clichés…

« Africain For Norway », C’est une vidéo exceptionnelle. Ma grande amie Claire_H a insisté pour que je regarde cette initiative africaine contre le froid en Norvège: «L’Afrique au secours de la Norvège». «Stop au froid dévastateur». «Donnez vos radiateurs!».«En Norvège, les enfants sont gelés, il est temps pour nous de les aider», ou encore «désormais les rôles se sont inversés, maintenant c’est l’Afrique au secours de la Norvège».

 On découvre et on en parle…


« Imaginez qu’un Africain ne voit que cette vidéo sur la Norvège et que ce soit la seule information qu’il ait à propos de ce pays. Que penserait-il de la Norvège?»

Une très belle réponse du berger à la bergère. L’image de l’Afrique est souvent écornée dans les opérations de collecte de fonds. Ces images peuvent certes engager les gens généreux (Merci à eux) dans le court terme, mais avec un effet pervers sur l’image même de l’Africain en général. Et que dire de l’impact négatif sur le développement de l’Afrique?

Je vous épargne ma souffrance d’Africain d’Europe face à ces images sur la route de mes promenades ou chez moi, avec mes enfants, qui souvent détournent les yeux. Cette remarque de ma fille cadette lors de notre dernier séjour en Afrique (Congo): Papa, l’Afrique  c’est pas ce qu’on voit à la télé! Trop bien!

We are African! Des radiateurs bordel! Au boulot!

L’hiver approche, le désert avance…

10 thoughts on “Africa for Norway: Quand l’Afrique se révolte contre les clichés…

  1. Exactement ce que j’ai ressenti quand j’y suis allée ! Et encore plus quand, pour la première fois, j’ai assisté à un FESPACO au Burkina ! Les cinéastes du monde entier arrivaient tous joyeux … A l’intérieur de l’hôtel Indépendance, il y avait à cette époque, un immense patio et des boutiques tout autour, notamment un marchand de journaux où tu avais les mêmes titres qu’à Paris. Alors qu’on nous rebat les oreilles du Festival de Cannes, pas un mot de l’ouverture du Fespaco, ni les jours suivants … C’est là que j’ai vraiment compris que c’était délibéré et que j’ai mesuré que le colonialisme n’était pas mort; que s’il prenait des formes plus camouflées qu’à l’époque où Hilary Koprowski ouvraient à Stanleyville, des chimpanzés vivants pour leur prendre leurs reins et leur plasma et sous son égide, faisait vacciner plus d’un million d’enfants pour essayer « in vivo » son vaccin contre la polio, il n’en était pas moins toujours là, toujours aussi violent, toujours aussi mortel !
    Bz for you and family !

    J'aime

  2. Je fais circuler en te mentionnant chaque fois ; Seenthis, Google+, Scoop.it (Twitter, FB)… Et, ce soir, dans la Revue de blogs. OlivierSC qui est obligé de passer par moi pour commenter sur « les wordpress »… Bonne soirée !

    J'aime

Extimise ton avis (Commentaire)>

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s