Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo délogé de sa résidence vers une destination inconnue… #CIV2010

Extrait Jeune Afrique

Cette nuit aux alentours de minuit, les forces militaires du Président ivoirien Alassane Ouattara ont pris le contrôle de la RTI (Radio Télévision Ivoirienne) dans la ville d’Abidjan.

Puis, vers 01h45 du matin, après quelques échanges de  coup de feu, on apprenait sur le fil twitter #CIV2010 le départ de Laurent Gbagbo de sa résidence présidentielle vers une destination inconnue. Information confirmée par les sources diplomatiques et par Jeune Afrique.

Les Forces républicaines d’Alassane Ouattara, auxquelles se sont ralliées la plupart des FDS, sont arrivées à Abidjan, où elles ont pris la RTI pendant la nuit. Elles ont également encerclé la résidence présidentielle dans le quartier de Cocody. Un imposant dispositif de la Garde républicaine et du Groupement de sécurité du président de la République (GSPR) la défend. Laurent Gbagbo aurait fui avec des proches vers une destination inconnue.

Tout a commencé dans la journée d’hier en fin d’après midi. A 18h20, Le Premier Ministre d’Alassane Ouattara, Guillaume Soro, avait déclaré que le chef d’État sortant Laurent Gbagbo avait « jusqu’à 19H00 » (locales et TU) pour démissionner « sinon on viendra, hélas, le chercher là où il est ». Vers 19h30 Le gouvernement du président d’Alassane Ouattara imposait un couvre-feu nocturne de 21h00 à 6h00 du matin à Abidjan tous les jours jusqu’à dimanche matin. Plus tard, il annonçait dans un communiqué que les frontières ivoiriennes sont fermées « jusqu’à nouvel ordre ». Il était 21h30, 30 minutes après l’expiration de l’ultimatum. La suite des opérations a conduit au départ de l’ancien président Laurent Gbagbo vers une destination inconnue.

Après le contrôle de l’aéroport, puis de la Télévision, direction la Résidence présidentielle. Scénario rendu possible avec le ralliement (ou la défection) des Généraux de L. Gbagbo vers le camp d’A. Ouattara. Notons que, le Chef des jeunes patriotes Blé Goudé avait tenté de se réfugier auprès de l’ambassade du Russie (sans succès), puis auprès de l’Onuci qu’il n’a cessé de harceler depuis décembre 2010. Le vent tourne…

La Côte d’ivoire sort (peut être) enfin d’une longue période d’incertitude politique. Place à la reconstruction. Les choses peuvent évoluer dans les heures à venir… (Billet rédigé à 03h15).

[image]